cigarettes électroniques

cigarettes électroniques

Des substances cancérogènes dans les cigarettes électroniques
Les produits chimiques ne sont pas répertoriés, mais ces substances pénètrent le corps.

Alors qu’on a récemment démontré l’existence d’un risque accru de crise cardiaque chez les fumeurs de cigarettes électroniques, des chercheurs américains ont mis en évidence la présence de substances chimiques potentiellement cancérogènes dans les e-cigarettes.

Avec la nouvelle hausse du prix du tabac, la tentation de passer à la cigarette électronique est grande. Fausse bonne idée ?
En septembre 2013 déjà, la revue 60 millions de consommateurs avait publié un article accusant les cigarettes électroniques d’émettre des composés potentiellement cancérogènes en quantités significatives . Et c’est aujourd’hui prouvé.

La dernière étude des chercheurs de l’université de Californie, publiée dans la revue Pediatrics, le confirme : la vapeur produite par les cigarettes électroniques contient les mêmes produits chimiques toxiques que la fumée des cigarettes traditionnelles.

– De l’acrylonitrile, un composé hautement toxique largement utilisé dans la fabrication de plastiques, d’adhésifs et de caoutchouc synthétique.
– De l’oxyde de propylène et du crotonaldéhyde, des cancérogènes probables.
– De l’acroléine, une substance toxique irritante, mais à ce jour inclassable quant à son pouvoir cancérogène.
– De l’acrylamide, un agent cancérogène avéré pour l’animal et probablement pour l’homme.

Saveurs fruitées : risques démultipliés

Les produits chimiques ne sont pas répertoriés sur les ingrédients du liquide de vapotage. Ils sont rangés sous l’appellation fourre-tout d’« arômes ». Mais ces substances pénètrent le corps. Et une fois inhalés, la glycérine et les autres arômes présents peuvent interagir (« effet cocktail ») ou se décomposer en produits chimiques potentiellement dangereux.

Ainsi, en analysant les urines et le sang de 67 adolescents, les chercheurs ont démontré que les vapoteurs ont des niveaux de produits chimiques dangereux à peine moins élevé que chez les jeunes du même âge fumant des cigarettes classiques. Bien sûr, ces taux sont significativement plus élevés chez les fumeurs de e-cigarettes que chez les non-fumeurs.

Bon à savoir : Les saveurs fruitées sont les plus populaires mais aussi celles qui contiennent le plus de ces substances nocives.

Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter en premier lieu un médecin pour établir un diagnostic. Vous pouvez également vous faire accompagner par un thérapeute en médecine complémentaire. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Source : alternativesante

Print Friendly, PDF & Email