Trading Haram

Trading Haram : Vrai ou Faux ?

Il peut être difficile de savoir ce qu’est au juste le trading haram, c’est-à-dire de différencier ce qui est haram de ce qui est halal en matière de trading. La première interrogation est même généralement celle de savoir si le trading est halal en vertu de l’islam. Et si oui, qu’est-ce qui dans le trading (la manière de trader, les instruments tradés, les conditions de trading, etc.) est classé comme haram ? C’est à ces questions que ce guide sur le trading islam haram / halal essaye de répondre, tout en vous donnant les analyses, sources / illustrations et avis des érudits et autorités islamiques pour justifier chaque réponse.

Les Concepts de Haram et de Halal dans l’Islam

Cette précision sur les concepts de Halal et de Haram n’est peut-être qu’un rappel pour les musulmans, mais elle est importante pour les non-musulmans et permet à ces derniers de mieux suivre ce qui sera évoqué tout au long de ce guide.

En bref, Halal (حلال‎) est un concept ou un terme arabe signifiant « autorisé » / « permis » / « licite » en vertu de la loi islamique. Haram (حَرَام‎) quant à lui est le terme arabe opposé de Halal, signifiant donc (haram) « interdit » / « prohibé ».

Le concept « halal » désigne ainsi tout objet, instrument, action, activité, phénomène, etc. qu’il est permis d’utiliser ou dans lesquels il est permis de s’engager ou qui sont en accord avec la loi islamique. Son opposé, le concept « haram », lequel désigne donc tout objet, instrument, action, activité, phénomène, etc. interdits d’usage, de consommation ou de pratique par l’Islam.

S’agissant du concept de Haram particulièrement, il désigne généralement deux catégories d’interdits :

  • Les actions, comportements, activités, phénomènes, etc. qui sont interdits par essence et pour le mal ou la douleur qu’ils causent aux gens (le vol, le meurtre, l’adultère, etc.)
  • Les actions, comportements, activités, phénomènes, etc. qui sont prohibés parce qu’ils sont liés à des interdits, même s’ils ne causent fondamentalement pas de mal / douleur aux individus (ventes ou affaires conclues pendant la prière du vendredi, argent ou gains obtenus via l’intérêt, la corruption, la fraude, et tout autre moyen pouvant nuire à d’autres individus).

Le terme Haram peut également se référer à des choses sacrées interdites d’accès aux individus impurs ou aux non-initiés à la connaissance sacrée. Mais il ne sera pas question de cela en ce qui concerne le trading, la maîtrise de cette activité n’ayant rien de sacré ou de divin ! Il sera surtout question des actions, instruments, comportements, activités, etc. interdits et dont l’usage, l’adoption ou la pratique sont considérés comme des péchés (pour les personnes d’obédience musulmane).

Les concepts de Haram et de Halal s’appliquent à tous les aspects de la vie des musulmans (social, économique, politique, religieux, professionnel, etc.). Ils sont très populaires dans le domaine de l’alimentation, les aliments / produits / ingrédients halal étant donc ceux qui sont permis / recommandés par la loi islamique, contrairement à ceux dont la composition ou l’élaboration (le procédé d’abattage par exemple) rendent haram.

Dans les autres aspects de la vie, ces concepts s’appliquent par exemple au tourisme, à l’habillement, à la santé (vaccination par exemple), etc., mais aussi à la finance, puisque c’est ce qui nous intéresse principalement dans ce guide.

L’application des concepts de Haram et de Halal en finance constitue une forme de finance dite charia compatible ou conforme aux lois islamiques. Elle est plus couramment appelée « finance islamique ». L’application des préceptes de l’Islam à cette finance a permis de mettre sur pied des principes qui guident toutes les actions et activités liées à la finance ou à la vie financière des individus et entités, et donc l’activité de trading.

Qu’est-ce que le Trading Haram ?

Les préceptes de l’Islam et de ses sources (Coran, Sunna, etc.) servent de bases aux principes de la finance islamique, et c’est de ces derniers qu’on tire les principes du trading islam et qu’on peut définir ce qu’est le trading haram.

En bref, le trading haram désigne, dans le cadre de l’activité de trading, l’usage, l’acceptation, la pratique, l’adoption ou encore l’engagement dans tout comportement, transaction, instrument ou encore toute condition de trading ne respectant pas les principes de la finance islamique.

Ainsi, pour être en conformité avec l’Islam (pour ne pas être qualifiés de trading haram), l’investissement en bourse ou le trading doivent respecter les principes suivants :

  • Pas d’intérêt

L’absence d’intérêt dans les transactions est le principal principe de la finance islamique, l’intérêt étant considéré comme riba, et donc interdit par la loi islamique. Ces extraits du Coran explicitent bien cet interdit :

Ceux qui mangent [pratiquent] de l’intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du jugement dernier) que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. Cela, parce qu’ils disent : « Le commerce est tout à fait comme l’intérêt », alors qu’Allah a rendu licite le commerce, et illicite l’intérêt (sourate 2 verset 275)…

Allah anéantit l’intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes. Et Allah n’aime pas le mécréant pécheur (sourate 2 verset 276).

Ô les croyants ! Craignez Allah ; et renoncez au reliquat de l’intérêt usuraire, si vous êtes croyants (sourate 2 verset 278).

Notez que (en référence à l’extrait de la sourate 2 verset 275 ci-dessus) le trading renvoie au commerce, d’autant plus que c’est la traduction littérale de ce terme anglo-saxon (trading), et que cette activité (trading) consiste pratiquement à acheter et vendre des actifs, donc à faire du commerce.

Ainsi, l’intérêt est appréhendé dans l’Islam comme de l’usure, de l’excès, du gain considéré comme issu de l’exploitation d’autres individus. Dans ce dernier cas particulièrement, l’intérêt est vu et interprété (par des fatwas et autorités de conformité à la charia) comme un moyen qu’utilisent les personnes / entités nanties pour accroitre leurs richesses au détriment des pauvres ou des personnes en besoin de financement, et cela sans que cela ne contribue à la création de valeur.

Par conséquent, le trading est haram lorsqu’il concerne des instruments auxquels sont attachés des intérêts (les obligations par exemple), lorsqu’il implique le paiement ou même la réception des intérêts (le swap par exemple).

  • Partage des risques, des profits et des pertes

En principe, en vertu de l’Islam, dans une transaction financière, le risque ne doit pas être supporté par une seule partie, ou alors une partie ne doit pas supporter excessivement plus de risques qu’une autre. Il est difficile qu’on parle de trading haram ou halal selon ce principe lorsqu’on considère la relation entre le trader et le courtier, les deux n’étant pas en réalité les deux parties à une transaction.

Ce principe concerne bien les parties aux transactions, c’est-à-dire l’acheteur et le vendeur. En général, sur les marchés financiers, ce principe est relativement respecté, puisque l’évolution future des cours est inconnue de l’acheteur et du vendeur des instruments négociés, d’où chacun court des risques.

Le trader peut tout de même avoir le broker en face comme autre partie, cela lorsque ce dernier assure la contrepartie des trades du trader pour certains instruments. Mais là aussi il y a partage des risques, puisque les mouvements futurs réels des cours sont inconnus des deux parties.

À la base, ce principe veut que l’institution qui prête de l’argent à un individu ou une entité partage les bénéfices et pertes probables pouvant résulter de l’activité à laquelle est consacré l’argent emprunté. Ainsi, si l’emprunter réalise un gain avec cet argent, ce gain est partagé entre le prêteur et l’emprunter. De même, s’il réalise une perte ou court un risque, cette perte est également partagée entre prêteur et emprunteur. Ce dernier, comme nous l’avons vu plus haut, ne demande pas d’intérêt comme cela se fait traditionnellement.

Contrairement à ce que vous pouvez croire, cette interprétation du principe de partage des profits et des pertes peut être ramenée au domaine du trading. En effet, en trading, il existe un cas principal où le courtier joue le rôle de prêteur, et le client (trader) celui d’emprunteur : il s’agit du cas des transactions avec effet de levier.

Dans le trading à effet de levier, le broker prête en principe une grande partie des fonds nécessaires pour prendre une position au trader. Mais est-ce qu’il y a partage des profits et des pertes ou des risques dans ce cas ? La réponse c’est non, car, quelle que soit l’issue du trade (gain ou perte / plus-value ou moins-value), le trader devra rembourser ce qu’il a emprunté.

Maintenant, puisqu’il est possible pour un trader musulman de recourir à un effet de levier islam ou halal, et que cet effet de levier suit le même principe (mais pas totalement) que celui de l’effet de levier classique, peut-on toujours dire que ce type de transaction relève du trading haram ? Réponse dans la partie ci-dessous de ce guide intitulée « Effet de levier : haram ou halal ».

  • Pas de spéculation / pas d’actifs spéculatifs

La charia interdit toute pratique basée sur la chance, les jeux de hasard ou encore la spéculation (on parle de maisir, ce qui signifie obtenir trop facilement quelque chose, sans faire d’effort). Les parties à une transaction doivent faire un effort pour générer un revenu, un résultat, une valeur. Par conséquent, tout instrument spéculatif (les options binaires par exemple) doit être évité par les traders musulmans souhaitant rester en conformité avec leur religion.

De même, il ne faut pas oublier la définition du trading haram ci-dessus.

Ainsi, le caractère haram d’une transaction peut également provenir du comportement ou de l’intention du trader musulman. Un instrument peut être non spéculatif ou halal en général, mais vous ferez du trading haram si vous négociez cet instrument de façon spéculative, ou avec pour intention de spéculer excessivement.

Toujours à propos du comportement et de l’intention du trader, vous ferez du trading haram si vous considérez cette activité comme un jeu de hasard, même si l’instrument que vous négociez, les transactions et leurs conditions sont halal. L’Islam interdit les jeux de hasard, qui constituent la forme presque extrême de spéculation.

  • Pas d’incertitude / pas d’instruments trop risqués

L’incertitude (on parle de gharar) est prohibée en vertu de la loi islamique. Elle (l’incertitude) implique la prise en considération d’un événement qui pourrait ne pas se réaliser. En conséquence, tout contrat, tout instrument et toute transaction dans laquelle l’objet et/ou le prix et/ou l’échéance (pour les biens physiques, il y faut également les spécifications de l’objet, ainsi que le lieu de la transaction) ne sont pas clairement déterminés.

L’une des raisons qui poussent davantage à la prohibition de l’incertitude est que cette dernière conduit à la spéculation (sur les éléments inconnus du contrat ou de la transaction), ce qui est interdit en Islam.

Pour revenir concrètement au domaine du trading et de l’investissement en bourse, notez que pour éviter de faire du haram trading, tout trader musulman doit éviter les transactions et actifs trop risqués, les actifs à la volatilité extrêmement élevée, et les instruments basés sur une ou plusieurs incertitudes comme c’est le cas des forwards et des futures (avec ces instruments par exemple, l’objet de la transaction est inexistant au moment de la conclusion du contrat, les obligations des parties au contrat sont différées à une certaine date, etc.).

  • Pas de différé dans les transactions

Ce point rejoint un peu le point précédent, surtout en ce qui concerne la catégorisation des futures comme instruments de trading haram. En effet, en vertu de l’Islam, les transactions doivent être effectuées sans différé important, afin d’éviter des variations probables des prix et/ou quantités des objets des transactions, cela après que le contrat ait été conclu.

  • Pas d’activités haram / pas de trading d’actions d’entreprises faisant dans des activités haram

Certaines activités sont prohibées par la charia ; la pratique et ne serait-ce que l’assistance ou l’aide à la pratique de ces activités sont considérées comme haram en Islam. Ces activités ne contribueraient pas à l’intérêt public / général du point de vue de l’Islam. Ces activités sont notamment toutes celles qui tournent autour de l’alcool, la viande du porc, l’armement, les jeux de hasard, la prostitution, la pornographie, la finance et l’assurance classiques (pratiquant fondamentalement l’intérêt), etc.

Par conséquent, tout trader musulman souhaitant éviter de faire du trading haram devra éviter d’investir ou de trader les actions ou autres produits dérivés des actions (CFD actions notamment) des entreprises dont l’activité principale est l’une des activités haram mentionnées ci-dessus.

La précision « activité principale » est nécessaire ici, car certaines autorités de contrôle de la conformité à des activités l’Islam accordent le statut d’halal aux entreprises (ou à leurs actions) dont les activités haram ne constituent pas l’activité principale. Un pourcentage est souvent défini pour ces activités selon les autorités islamiques (5 % de l’activité totale par exemple).

Comment Faire du Trading Halal ?

Maintenant que vous savez ce qu’est le trading haram, voici les étapes à suivre pour faire du trading islam.

Étape 1. Choisir un courtier halal proposant un compte islamique

Un bon broker islam doit vous proposer un compte halal, c’est-à-dire fonctionnant en totale conformité avec les principes de la finance islamique. Il doit donc s’agir d’un compte :

  • Sans swap ni frais de rollover
  • Sans intérêts sur effet de levier et sur toute autre opération
  • Proposant uniquement des instruments halal à trader
  • Sans différé dans l’exécution des transactions

Les autres critères habituels de choix d’un bon courtier sont également importants à prendre en compte :

  • Tarifs, spreads et autres frais bas
  • Sérieuses régulations
  • Excellente protection des données et fonds
  • Plateformes et outils de trading utiles et faciles à prendre en main
  • Service client disponible et efficient, etc.

Nous avons élaboré un guide sur les meilleurs brokers en trading islam ainsi qu’un comparatif des brokers avec compte islamique. Vous pouvez vous aider de ces guides pour trouver le courtier islam qui vous convient.

Pour cet article et pour illustrer les étapes pour faire du trading halal, nous utilisons le broker islam Vantage FX.

Vantage FX est l’un des meilleurs sinon le meilleur courtier halal actuellement. Il ne propose pas un, mais deux comptes de trading islamiques. C’est d’ailleurs l’un des rares courtiers dont les comptes islamiques sont certifiés halal par des autorités islamiques compétentes. Voici justement les certifications du caractère halal des comptes islamiques de Vantage FX.

Certification Compte Islamique RAW ECN Vantage FX
Certification Trading Effet de Levier Halal & Compte Islam STANDARD STP Vantage FX

Étape 2. S’inscrire chez ce broker halal

Une fois sur le site officiel de Vantage FX, vous devez vous inscrire en cliquant sur « Commencer maintenant » (bouton rouge au milieu de l’écran) ou sur « Compte en direct » (en haut d’écran en rouge).

Si vous atterrissez sur la version anglaise du site et si vous maîtrisez l’anglais, vous pouvez poursuivre dès que le site s’ouvre en cliquant sur les boutons « Live account » ou « Start now ».

Sinon, il faut préalable mettre celui-ci en français avant de cliquer sur ces boutons. Pour configurer la langue du site, regardez en haut de page, à côté du numéro de téléphone du broker, vous verrez « ENGLISH » avec un drapeau britannique. Cliquez dessus, puis sélectionnez « FRANÇAIS » avec le drapeau tricolore français.

Vantage FX Accueil Anglais

Dès que le site est mis en français, vous voyez et pouvez donc cliquer sur les boutons « Commencer maintenant » ou « Compte en direct » pour vous inscrire.

Ouverture Compte Vantage FX Etape 1

Ensuite, veuillez suivre les étapes d’inscription comme sur les images ci-dessous :

  • Formulaire d’inscription
Ouverture Compte Vantage FX Etape 2
  • Informations personnelles
Ouverture de Compte Vantage FX_Informations personnelles
  • Informations additionnelles
Ouverture de Compte Vantage FX_Informations Financières
  • Choix du type de compte islamique

Vantage FX propose deux types de comptes islamiques : le compte RAW ECN Islamique et le compte STANDARD STP Islamique. C’est entre ces deux comptes que vous devrez choisir. Ces deux comptes islamiques se distinguent des autres dans le formulaire par leurs noms qui commencent par « Swap-free » ou « sans swap » en français, comme vous le voyez sur cette image.

Ouverture de Compte Vantage FX_Choix du Type de Compte Halal
  • Confirmation d’identité
Ouverture de Compte Vantage FX_Identité et Domicile

Étape 3. Approvisionner son compte

Vous pouvez approvisionner votre compte au cours de la procédure d’inscription (à la fin), ou revenir après pour effectuer cette opération. Dans ce dernier cas, une fois dans votre compte, il suffira de cliquer sur « Fonds », ensuite de sélectionner « Déposer des fonds ». Cette opération gratuite, et vous devez déposer au moins 200 $, cela via une riche sélection d’options de paiement.

Vantage FX_Approvisionner le Compte

Étape 4. Commencer à trader halal

Une fois vos fonds en compte, il vous suffit de télécharger la plateforme de trading de votre choix proposée par Vantage FX sur ses comptes islamiques, de l’ouvrir et de commencer à trader halal.

Pour effectuer le téléchargement, veuillez vous rendre dans la rubrique « Téléchargements » de votre compte, et cliquez sur le lien correspondant à votre choix de plateforme et à votre système d’exploitation.

Vantage FX_Télécharger Plateforme

Une fois le téléchargement terminé, exécutez le fichier, ouvrez-le (il s’ouvre automatiquement en principe), et connectez-vous sur la plateforme avec les coordonnées que Vantage FX vous aura envoyées par e-mail.

N’oubliez pas de sélectionner le niveau d’effet de levier que vous souhaitez utiliser dans vos transactions avec Vantage FX. Pour configurer cela, rendez-vous dans la rubrique « Gestion des comptes » de votre compte, cliquez ensuite sur « Comptes en direct ». En dessous de votre plateforme de trading, vous verrez les indications sur votre compte : numéro de compte, type, levier, etc. Cliquez sur « Levier » et sélectionner le niveau d’effet de levier islam de votre choix (vous pouvez utiliser un effet de levier halal de jusqu’à 1 : 500 avec Vantage FX).

Vantage FX_Changer Levier 1

Trading : Halal ou Non ?

Le trading est-il halal ou haram ? Cela se dit trading haram atau halal en malaisien ; Is trading haram or halal en anglais ; trading haram mi / midir en turc.

En clair, comme vous pouvez le deviner après avoir lu les parties précédentes de ce guide, le trading n’est pas haram en soi. Le trading est comme toute activité de commerce, sauf que vous agissez sur les marchés financiers et négociez des instruments financiers (et non financiers aussi).

L’Islam ne condamne pas l’activité de commerce ni le fait d’acheter et de (re)vendre pour réaliser des profits. Il prône même les efforts des croyants pour améliorer leur situation financière (et autres), cela en restant en conformité avec les préceptes de leur religion.

Pour rester en conformité avec l’Islam dans son activité de trading, il faut donc éviter de faire du trading haram 3ilm char3i comme nous l’avons vu plus haut avec les principes évoqués dans la partie « Qu’est-ce que le trading haram ? ».

Maintenant, puisque les principes évoqués plus haut ne traitent pas du cas de chaque actif / instrument négociable sur les marchés financiers, nous allons voir dans la suite la position de l’Islam et des autorités islamiques sur les principaux instruments de trading.

1. Vantage FX – Meilleur Broker à fort Effet de Levier
2. eToro – Meilleur Broker pour les Débutants
3. Pacific Union – Meilleur Broker avec Bonus
4. FXFLAT – Meilleure Application Trading
5. DEGIRO – Meilleur Courtier Bourse  & Actions

Forex : Haram ou Halal ?

Dans sa version réelle (physique), le trading forex est tout à fait halal. Le forex (qu’on peut traduire par change de devises internationales) implique dans la pratique d’échanger un certain montant d’une devise contre un montant d’une autre devise, via un bureau de change. Effectuer le change inverse lorsque la devise préalablement achetée s’est appréciée par rapport à l’autre, cela afin de réaliser des bénéfices, n’a rien de haram.

Cette activité se complique du point de vue de la compatibilité à l’Islam lorsqu’elle est effectuée en ligne. On peut donc se demander si le trading forex en ligne est halal ou haram (is forex online halal or haram in Islam).

En bref, le trading forex en ligne est halal (il n’y a pas de différé dans les transactions, ces dernières s’assimilent au commerce standard, etc.). Toutefois, étant donné les particularités du fonctionnement du forex en ligne (swap, effet de levier parfois nécessaire, etc.), certaines conditions doivent être remplies pour qu’il soit véritablement halal.

Voici dans quelles conditions le forex trading reste halal :

  • Pas de swap ou de rollover forex. En matière de forex en ligne, les positions ouvertes et reconduites après la fermeture des marchés (ou plus de 24 h) donnent lieu à paiement ou réception d’intérêt dans le cadre du swap. L’intérêt étant proscrit en Islam, la pratique du swap, qu’elle soit avantageuse ou non pour le trader, l’est également. C’est pourquoi tout trader musulman souhaitant éviter de tomber dans le piège du trade forex haram doit bosser avec un compte de trading islamique sans swap.
  • Pas d’intérêt sur l’effet de levier. Étant donné que l’effet de levier est très utilisé en matière de forex trading, pour que cette activité reste halal, le levier qu’accorde le courtier (pour augmenter la taille des positions du trader) ne doit pas donner lieu à paiement d’intérêt sous toute forme. Le levier est une sorte de prêt, et tout prêt halal ne doit pas porter d’intérêt. Il est donc important pour rester en conformité avec sa foi islamique de bosser avec un dans le cadre de son compte islamique.

Cryptomonnaies : Halal ou Haram ?

Le trading du Bitcoin et des autres altcoins constitue encore une zone grise quant à leur caractère halal ou haram. Toutefois, des érudits musulmans prennent position en considération de certaines caractéristiques des cryptomonnaies.

Certains se basent sur la nature virtuelle des cryptomonnaies pour les qualifier de harams, tandis que d’autres soutiennent que ces actifs sont assimilables à d’autres actifs halals des marchés financiers et dont donc halal.

Quoi qu’il en soit, il est clair que toutes les cryptomonnaies ne se valent pas, n’ont pas les mêmes fonctionnements et buts. Ainsi, si l’on se base sur les interdits de l’Islam, on considérera le trading comme haram lorsqu’il porte sur une cryptomonnaie dont le fonctionnement ou le but sont liés à des pratiques haram (financement avec intérêt par exemple, comme c’est le cas avec la crypto Yearn.finance).

Par ailleurs, même si certaines cryptomonnaies sont dans une zone grise ou sont considérées comme halal, l’intention du trader musulman est importante pour savoir si leur trading est haram ou non (trading haram or not en anglais). Le trader islam devra donc bien comprendre ces actifs, et éviter d’avoir pour intention de spéculer pour réaliser probablement des gains rapides ou non.

Matières Premières : Haram ou Halal ?

Le trading de matières premières (or, argent, riz, blé, etc.) est halal en vertu de l’Islam, cela si et seulement si le trading est effectué au comptant (et non via des contrats de future). En effet, les différés dans les transactions sont interdits dans l’Islam, et ce n’est qu’en négociant au comptant qu’on évite ces différés avec les matières premières.

Le trading au comptant de matières premières suppose la livraison et le paiement dans les trois jours suivant la conclusion du contrat, ainsi que la détention actuelle ou très prochaine des matières en question par le vendeur. Certes, il y a toujours un différé (3 jours au plus) entre la conclusion du contrat et la livraison, mais ce différé est court et accepté par les autorités islamiques, comme le précise la résolution numéro 63/1/7 de la rencontre annuelle de l’OIC en 1412 A.H./1992.

Futures : Halal ou Haram ?

La grande majorité des autorités et érudits islamiques considèrent le trading des futures comme haram. L’une des principales raisons de cette condamnation vient de ce que non seulement les différés sont interdits en Islam, mais en plus les futures diffèrent les obligations des deux parties au contrat à la fois. Cela augmente les risques, notamment les incertitudes (gharar).

L’objet du contrat n’existe pas encore ou l’une des parties ne le possède pas encore, et elle peut ne pas pouvoir livrer le bien, tout comme l’autre partie peut ne pas pouvoir payer, toutes ces obligations étant différées.

Par ailleurs, en plus du côté majoritairement haram des futures, le trading des futures proprement dit est considéré comme de la spéculation, et donc haram.

CFD : Halal ou Haram ?

En principe, le trading est haram lorsqu’il porte sur des CFD, cela en raison de la nature de ce type d’instrument. En effet, les CFD (Contract For Difference) sont des produits dérivés donnent la possibilité de spéculer sur de nombreux instruments (actions, matières premières, indices, etc.), cela sans que le trader ne détiennent l’actif sous-jacent. Le trader ne fait que miser sur la différence de prix de l’actif sous-jacent entre le moment où il ouvre sa position et celui où il la clôture.

En bref, trader les CFD est haram en vertu de l’Islam, parce que le trader de CFD ne détient pas l’actif réel / sous-jacent concerné par sa transaction, et parce qu’il spécule en plus sur l’évolution du cours de cet actif (ce qui s’assimile aux jeux de hasard). Leur trading est davantage haram si cela implique un effet de levier classique (avec intérêt facturé par le broker sur le prêt / levier).

Toutefois, de nombreuses autorités de certification / contrôle de la conformité des activités à l’Islam octroient le statut d’halal au (trading de) CFD, cela sous certaines conditions.

Ainsi, le trading de CFD est halal si l’intention du trader musulman n’est pas de spéculer (il comprend bien dans quoi il s’engage, et considère cela comme un véritable investissement), si les transactions n’impliquent pas d’intérêts sous toutes formes (sur le levier par exemple), et si l’actif sous-jacent est un actif halal (par exemple, les CFD actions adossés aux actions d’une entreprise halal).

Obligations : Halal ou Haram ?

Par définition, les obligations sont des contrats / instruments par lesquels une partie (l’émetteur) s’engage à payer à l’autre (le souscripteur) la somme empruntée (valeur nominale) en plus des intérêts sur cette somme ou d’autres avantages. Elles impliquent donc le paiement d’intérêts ou autres récompenses liées au prêt (considérés comme de l’usure), et sont par conséquent haram.

Il y a généralement unanimité auprès des érudits et autorités islamiques quant au caractère haram du trading d’obligations. De même, il est haram de trader des produits dérivés liés aux obligations, notamment les CFD obligations.

Même les obligations dites à prime sont haram, car le tirage au sort qu’elles impliquent permet d’offrir une prime considérée comme de l’usure en vertu de l’Islam, puisqu’elle (la prime) vient en excédent du montant prêté et à rembourser.

Comme alternative halal aux obligations, la finance islamique propose les sukuk. Ces derniers sont des contrats donnant à l’investisseur le droit à une propriété sur des actifs ou projets ainsi qu’à des bénéfices ou loyers provenant de ces actifs / projets. Ils ne portent pas d’intérêt.

Actions : Halal ou Haram ?

Les actions font partie des instruments les plus populaires et les plus négociés sur les marchés financiers, et la question de savoir si leur trading est haram ou halal revient très souvent.

La réponse est claire et fait l’unanimité parmi les savants et autorités islamiques : le trading des actions n’est pas haram en soi. C’est le trading de certains types d’actions et des actions de certains types d’entreprises qui peut être considéré comme haram.

Concrètement, voici les conditions pour que les actions d’une entreprise et leur trading soient considérées comme halal du point de vue de la loi islamique :

  • La nature de l’activité de l’entreprise doit être halal, licite en vertu de l’Islam. Il s’agit d’éviter les entreprises dont l’activité principale tourne autour de l’alcool, la viande du porc, l’armement, les jeux de hasard, la prostitution, la pornographie, la finance et l’assurance classiques (pratiquant fondamentalement l’intérêt), etc. Ce sont des activités haram, et détenir, acheter et/ou (re)vendre des actions d’entreprises faisant dans ces activités serait investir ou s’impliquer dans des activités haram pour un musulman.

Les jurisprudences islamiques (fiqh) de L’OIC (Organisation of Islamic Cooperation) et les directives de certaines autorités régulatrices (internatio)nationales fixent souvent des critères plus ou moins stricts sur la nature des activités en question. Mais toutes ces instances veulent toujours éloigner les croyants musulmans des activités haram, tout en étant plus ou moins souples sur certains critères.

  • L’entreprise doit disposer à la fois d’actifs liquides et non liquides. Concrètement, l’entreprise de laquelle le trader musulman négocie les actions ne doit pas avoir pour actifs que de l’argent liquide, mais avoir également des actifs non liquides, matériels, tangibles. Si l’on devait trader les actions d’une entreprise ne disposant que d’actifs liquides, l’on ne pourrait les négocier qu’à leur valeur nominale. Par conséquent, toute négociation au-dessus ou en dessous de cette valeur serait appréhendée comme de l’usure et haram en vertu de la loi islamique.Malgré la multiplication des business en ligne avec Internet, il reste impossible aujourd’hui qu’une entreprise ne soit constituée que d’actifs liquides. C’est pourquoi les écoles de pensées et autorités musulmanes s’attèlent plutôt à définir la proportion d’actifs non liquides qu’une entreprise halal devrait disposer (plus de 33 % des actifs total pour l’école Hanafi, 51 % des actifs totaux pour les écoles Hanbali et Shafi, etc.).
  • L’entreprise doit afficher un ratio dettes / capitaux propres inférieur ou égal à 33 %. En principe, les principes de la finance islamique interdisent toute dette qui contient des intérêts. Toutefois, les érudits de la charia ont permis aux musulmans d’acheter action islam d’entreprises disposant de telles dettes, mais dont le ratio dettes / capitaux propres n’excède pas 33 %. Les indices islamiques FTSE Islamic Index et Dow Jones Islamic Market par exemple n’admettent que les entreprises respectant ce critère devenu un standard (même si d’autres autorités islamiques nationales l’étendent souvent).
  • Trader uniquement les actions ordinaires. Nous sommes là en plein principe de partage des profits et pertes / risques. En effet, avec des actions privilégiées, l’actionnaire reçoit des rémunérations en priorité (donc des profits), sans toutefois être un véritable partenaire ou détenteur de parts de l’entreprise (il ne vote même pas), et surtout sans supporter les mêmes risques que les actionnaires ordinaires qui sont rémunérés de façon résiduelle. Par conséquent, les rémunérations que reçoivent les actionnaires privilégiés sont considérées comme de l’usure en vertu de l’Islam.
  • Éviter les transactions spéculatives ou contenant des incertitudes. Les principes de l’absence de spéculation, de jeux de hasard et d’incertitude (en ce qui concerne aussi bien la transaction ou le contrat que l’intention du trader halal) sont évoqués plus haut.
  • Payer la zakat. La zakat (aumône légale prenant la forme d’impôt ici) peut être payée par l’entreprise (pour ses actionnaires musulmans) ou par les actionnaires eux-mêmes. Les méthodes de calcul du montant à payer dépendent de l’activité de l’entreprise et/ou des autorités islamiques.

Ces précisions approfondies sur le cas des actions étaient nécessaires, d’autant plus que ce sont les instruments les plus accessibles pour les investisseurs en bourse et traders musulmans débutants, et que des confusions / incompréhensions peuvent exister lorsque vous consultez certains contenus en ligne.

ETF : Haram ou Halal ?

Les conditions à remplir pour que le trading des ETF soit halal sont similaires à celles des actions.

En clair, le trading des ETF est halal si les entreprises (leurs actions) constituant le fonds / l’indice mènent des activités halal en vertu de l’Islam.

Par ailleurs, l’on retrouve des ETF dits islamiques qui trackent les performances des indices constituées uniquement de sociétés halal. C’est le cas du très populaire ETF iShares MSCI World Islamic.

Options : Haram ou Halal ?

Les options sont des contrats donnant le droit (mais pas l’obligation) d’acheter ou de vendre un actif avant l’expiration du contrat. Instruments de couverture de risque à la base, les options sont devenues de véritables et populaires instruments de trading. Elles sont beaucoup plus utilisées en trading pour des raisons spéculatives plutôt que pour couvrir un risque ou acheter / vendre l’actif sous-jacent. L’on peut donc se demander si le trading des options est halal ou haram ?

En bref et sur la base du fonctionnement des options, la tendance dans les écoles de pensée islamiques est de considérer le trading des options comme haram. Les raisons avancées pour cela sont par exemple que trader ces instruments relève de la spéculation ou du jeu de hasard.

En effet, avec le trading des options, il n’y a pas de transfert ni de partage des risques, et lorsqu’une partie au contrat réalise des gains, cela signifie que l’autre partie a réalisé des pertes. Leur trading s’apparente donc à un jeu à somme nulle et à un jeu de hasard. En clair, le trading des options est considéré comme une activité purement spéculative, et en vertu de la loi islamique, il est haram.

Toutefois, certains érudits islamiques (minoritaires tout de même) trouvent que le trading des options serait halal si l’actif sous-jacent l’est, et si le trader comprend très bien dans quoi il s’engage.

Options Binaires : Halal ou Haram ?

Le trading des options binaires est considéré par les autorités de contrôle de conformité des activités à l’Islam comme un pari, une spéculation, un jeu de hasard, et est donc haram.

Avec les options binaires, le trader « pari » sur la situation de l’actif sous-jacent avant ou au moment de (les types d’options binaires étant nombreux) l’expiration du contrat d’option. Il peut s’agir de parier si le cours du sous-jacent va hausser ou baisser (option high/low), s’il va atteindre un certain niveau (option one touch), etc.

Quoi qu’il en soit, ce type de trading est considéré comme un jeu de hasard, un pari, d’autant plus que les traders qui font ces paris ne détiennent pas les actifs sous-jacents concernés.

Ce verset de la sourate 2 illustre bien la position du Coran sur les jeux de hasard : « Ils t’interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis : “Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens ; mais dans les deux, le péché est plus grand que l’utilité”… ».

Néanmoins, certains brokers proposent des comptes islamiques permettant de trader des options binaires. Ces comptes sont sans swap ou frais de rollover, et sans intérêt sous toute forme, ce qui est important pour leur conformité à l’Islam, mais ne les rend pas totalement halal, puisque les instruments négociés (options binaires) ne le sont pas vraiment.

Il est tout de même possible, comme le pensent certains érudits, de considérer le trading d’options binaires comme halal, cela :

  • Si les actifs sous-jacents sont halal
  • Et surtout si l’intention du trader musulman n’est pas spéculer / parier. Il faudrait donc, pour les négocier de manière halal, faire d’importantes recherches et analyses, et se positionner sur la base de celles-ci, et non en comptant sur la chance.

Effet de levier : Haram ou Halal ?

Le trading avec effet de levier classique est naturellement haram en vertu de l’islam. En effet, le levier s’assimile à un prêt qu’octroie le courtier au trader pour permettre à ce dernier d’augmenter la taille de ses positions. En contrepartie, le broker facture des intérêts ou frais assimilables à des intérêts sur ce prêt.

Or, en Islam ou en finance islamique, l’intérêt sur les prêts et transactions est interdit, ce qui fait de la négociation avec effet de levier traditionnel un trading haram.

Toutefois, il existe un effet de levier islam, c’est-à-dire un effet de levier conforme aux principes de la finance islamique. Il s’agit simplement d’un effet de levier sans intérêt, qui ne donne pas droit à paiement d’intérêts ou de frais de toute sorte liés au prêt qu’octroie le broker au trader.

Le trading avec effet de levier islam (lorsqu’il n’y a pas d’intérêts à payer par le trader sur le levier / prêt accordé par le broker) est donc tout à fait halal. L’effet de levier sans intérêt étant halal, le trader musulman devra également s’assurer que l’instrument sur lequel il utilise cet effet de levier islam est également halal, sinon, il fera du trading haram.

Si vous vous demandiez donc par exemple si le compte islamique d’eToro est halal or haram (halal ou haram), alors notez qu’il est halal, d’autant plus que ce broker ne facture aucun intérêt sur l’effet de levier qu’il offre aux traders musulmans.

Day Trading : Halal ou non ?

Le day trading ou l’intraday consiste brièvement à ouvrir et clôturer des positions sur divers actifs au cours d’une même journée. Les actifs sont donc détenus à très court terme, et le trader cherche à profiter des mouvements de cours (même les plus petites variations).

Ce qui justifie la pertinence de se demander si le day trading est haram ou halal c’est la durée de détention des actifs et le but du trader que cette stratégie de trading implique. C’est d’ailleurs pourquoi nous ne traiterons pas du caractère halal ou haram du swing trading par exemple, puisqu’il implique une durée moyenne à longue de détention des actifs (entre autres caractéristiques), ce qui est recommandé en Islam.

Ainsi, la durée de détention des actifs qu’implique le day trading est problématique en vertu des préceptes de l’Islam ; acheter des actifs pour les revendre quelques instants plus tard (au cours d’une même journée) est appréhendé par les érudits islamiques comme une recherche de gain rapide, un désir de devenir riche très rapidement, ce qui est haram. C’est pourquoi le day trading est généralement considéré haram et non halal en islam.

Toutefois, le fait d’acheter et de (re)vendre des actifs à très court terme n’est pas haram en soi ; c’est bien l’intention, celle de faire cela pour gagner de l’argent rapidement, qui est haram.

Par conséquent, le day trading est halal si le trader musulman le pratique sans avidité, s’il le considère comme un véritable business, un véritable investissement. Il faut également éviter les instruments haram et des comportements spéculatifs et basés sur le hasard.

Par exemple, au lieu de rechercher à dégager des profits en détenant des positions sur du long terme comme avec d’autres stratégies de trading, un autre trader halal peut vouloir dégager ces profits progressivement, au jour le jour, en pratiquant du day trading, sans que cela ne soit haram.

Spread Betting : Halal ou Haram ?

Le spread betting permet de parier sur les variations des cours des actifs, qu’il s’agisse de produit dérivé ou non. Le trader ne détient pas l’actif sous-jacent, et parie juste sur le fait que le cours de l’actif haussera ou baissera.

Cette brève description est suffisante pour répondre à la question de savoir si le spread betting est halal ou haram (is spread betting halal or haram) : il est haram, puisqu’il est spéculatif, s’assimile à un pari (la spéculation et les paris sont interdits en Islam), et en plus le trader négocie des actifs qu’il ne possède pas.

La recommandation sur l’intention halal du trader est moins valable ici (pour rendre le spread betting halal), car ce style de trading est explicitement un pari, même dans son nom.

Vente à Découvert :  Halal ou Haram ?

La vente à découvert en trading permet au trader de profiter de la baisse des cours d’un actif. En pratique, le trader qui vend à découvert vend des actifs qu’il ne possède pas. Or en Islam, il est recommandé de ne pas vendre ce qu’on ne possède pas.

« Ne vendez pas ce que vous ne possédez pas » [Sunan Abu Dawud, Liivre 23 (The Book of Wages), Hadith 3496].

C’est l’une des raisons pour lesquelles il est haram de faire du trading en vendant à découvert.

Aussi, la vente à découvert suppose techniquement que le trader emprunte au courtier les actifs qu’il souhaite vendre (et qu’il ne possède pas), les vende, puis les rachète à un prix inférieur à celui auquel il les a vendus, et qu’il les rende au broker et garde les profits. Le prêt qu’octroie le broker dans le cadre de cette transaction est rémunéré par des intérêts ou frais s’assimilant à des intérêts, ce qui est haram.

Par ailleurs, vendre à découvert et réaliser des gains c’est profiter de la situation difficile ou du malheur que vivent d’autres personnes / entités, ce qui n’est pas moral en Islam et donc haram.

Voilà autant de raisons qui font de la vente à découvert une forme de trading haram.

Très important ! Pour tous les instruments (et styles de trading) évoqués dans cette partie, même si cela n’a pas été évoqué au moment de clarifier le caractère halal ou haram du trading de ces instruments, il faut noter que même si l’instrument est halal à la base (forex, cfd, actions, etc.), leur trading serait haram si le trader musulman appréhende cette activité comme un jeu de hasard / d’argent, ou comme un moyen de se faire beaucoup d’argent en un laps de temps.

Le comportement et l’intention du trader qui se veut halal sont donc cruciaux. Le trading de chacun des actifs halal doit être considéré comme une véritable activité, un véritable investissement / business, et le trader musulman doit savoir dans quoi il s’engage (et non simplement compter sur la chance ou le hasard).

Avantages et Inconvénients du Trading Halal

Trading en Conformité avec les Préceptes de l’Islam
Pas de Swap à Payer
Reconduction Gratuite des Positions
Pas d’Intérêt à Payer sur l’Effet de Levier ou Autre Opération
Pas de Swap à Recevoir
Dépôt Minimum parfois Élevé chez certains Brokers
Sélection Réduite d’Instruments

Le Trading Est-il Halal ou non ?

Le trading n’est pas haram en soi. Le trading est comme toute activité de commerce, sauf que vous agissez sur les marchés financiers et négociez des instruments financiers (et non financiers aussi). L’Islam ne condamne pas l’activité de commerce ni le fait d’acheter et de (re)vendre pour réaliser des profits. Ce sont la manière de le faire (payer ou recevoir des intérêts, prendre trop de risques, trader comme si l’on parie ou joue à un jeu de hasard) et le type d’instruments / moyens que vous utilisez pour le faire (instruments haram) qui peuvent rendre cette activité haram.

Qu’est-ce que le Trading Halal ?

Le trading halal (en opposition au trading haram) c’est le trading qui est pratiqué dans le respect des principes de l’Islam ou précisément de la finance islamique. Faire du trading halal c’est donc trader sans swap ni frais de rollover, sans recevoir ni payer d’intérêts sur les opérations (pas d’intérêt sur l’effet de levier par exemple), sans négocier des instruments haram (obligations, CFD obligations, futures, actions d’entreprises pratiquant des activités haram, etc.)… Par ailleurs, le trader doit considérer son activité comme un véritable business, et ne doit prendre certaines transactions pour des paris ou de jeux de hasard.

Quels Sont les Instruments Halal en Trading ?

Pour résumer ce qui a été développé dans ce guide sur le trading haram et concernant les instruments à trader, il faut noter que :

Le Forex et les CFD sont halal, mais il faut les trader sans swap, sans intérêt sur effet de levier, et le sous-jacent du CFD doit être halal.

Les Cryptomonnaies sont dans une zone grise, mais sont considérés comme halal lorsque leur but n’est pas lié à une activité haram (par exemple les prêts avec intérêt).

Les Matières Premières sont halal lorsqu’elles sont négociées au comptant (spot).

Les Futures sont haram, car spéculatifs, pleins d’incertitudes et impliquant la non-possession de l’actif au moment du contrat.

Les Obligations sont haram, car basées sur l’intérêt ; les Sukuk constituent l’alternative halal aux obligations classiques.

Les Actions sont halal lorsque l’activité principale de l’entreprise émettant ces actions n’est pas haram (alcoolisme, tabagisme, armement, pornographie, etc.), et respecte d’autres critères précisés dans l’article.

Les ETF sont halal lorsque les entreprises constituant le fonds / l’indice mènent des activités principales halal.

Les Options et Options binaires (surtout le fait de les trader) sont Haram, car principalement utilisés pour parier (options binaires) ou pour spéculer (options).

Comment Investir dans le Halal ?

Pour un musulman, la clé pour bien investir dans le halal c’est de toujours avoir des intentions pures et halal. Outre les recherches et analyses qu’il est nécessaire de réaliser avant de se lancer, il faut toujours avoir pour intention de mener une véritable activité génératrice de revenus et pour laquelle on fournit des efforts, et non pour intention de spéculer, de parier, de compter sur la chance ou de s’engager des transactions pleines d’incertitudes pour gagner de l’argent (rapidement ou non).

Est-ce Que le Trading Marche Vraiment ?

Oui. Le trading fonctionne vraiment, et pour les musulmans également. Pour augmenter vos chances de réussite en trading tout en restant en conformité avec votre foi musulmane, veuillez toujours trader uniquement avec un compte 100 % islamique, acquérir assez de connaissances sur le trading et/ou sur les actifs halal que vous souhaitez trader, prendre vos positions sur la base de recherches et analyses (et non sur la base de votre intuition ni au hasard), trader suivant vos objectifs, votre profil de trader et votre stratégie de trading.

Qu’est-ce Que le Trading du Forex Halal ?

Faire du trading forex (le forex étant le marché des changes) c’est négocier (acheter et re.vendre) des devises convertibles les unes contre les autres, en profitant des fluctuations des cours de ces devises pour réaliser probablement des gains.

Faire du trading forex halal par contre c’est faire du trading forex, mais en conformité avec les préceptes de l’Islam. C’est donc trader le forex sans recevoir ou payer des intérêts dans le cadre du swap, sans payer des frais de rollover (reconduction de position), et sans payer d’intérêt ou de frais de toute sorte liés à l’effet de levier (l’intérêt ou l’usure sont prohibés dans l’Islam). Trader le forex avec un compte 100 % halal comme ceux de Vantage FX, d’eToro ou d’Admiral Markets permet de remplir ces conditions de conformité du trading forex avec la loi islamique.

Par ailleurs, un trader forex islam musulman doit éviter de s’engager dans des transactions spéculatives ou trop risquées, sinon il fait du trading forex haram, puisque la spéculation et l’incertitude sont interdites dans l’Islam.

Comment Trader Halal pour les Nuls ?

Lorsque vous êtes débutant en matière de trading halal, la première chose à faire avant de vous lancer est de vous former, d’acquérir assez de connaissance dans le domaine du trading, de la finance, des marchés financiers, des instruments négociables, du fonctionnement des services de courtage, etc. Pour cela, consultez les guides, fiches, livres, glossaires, tutoriels vidéo et actualités proposés par les sites des brokers et autres sites.

Ensuite, vous pouvez commencer à mettre en pratique les connaissances acquises, en commençant avec du paper trading, c’est-à-dire du trading avec compte démo. Puis vous passerez au compte réel lorsque vous aurez bien maîtrisé la chose. Par ailleurs, il faudra définir vos objectifs de trading, votre stratégie, et connaitre votre profil de trader avant de commencer réellement. Il faudra également commencer avec de petites sommes et sans levier (ou avec de faibles niveaux de levier) avant d’envisager progressivement de prendre des positions de taille importante avec effet de levier.

Enfin, il ne faut pas oublier de rester halal dans son activité de trading. Il faut donc trader avec un compte islamique, et donc trader uniquement des instruments halal, ne pas payer ou recevoir d’intérêts, et éviter des transactions trop risquées ou assimilables à un jeu de hasard.

Vous êtes musulman et faites du trading halal ou souhaitez en faire ?
N’hésitez pas à partager votre expérience ou vos impressions avec nous

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*